Mal être, bien-être et risques psychosociaux. Entre ce qui se dit et ce qui se fait.

 

« La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui l’écoute. » (Montaigne)

Photo F. Javier Llaneza Alvarez;PhD

ergonoma journal (EJ) : Que pensez-vous de l’approche du bien-être du point de vue de l’ergonomie ?

F. Javier Llaneza Alvarez, (JLA) Au sein de l’Ergonomie et de la Psychosociologie, nous sommes habitués à l’utilisation de termes et de mots qui sont employés avec des significations différentes selon la personne qui les utilise.
Dans les années 80, le mot qui était présent dans les définitions de l’ergonomie était “le confort”, parce que l’arrivée des nouvelles technologies a révélé les insuffisances de l’espace de travail, du mobilier , jusqu’ aux conditions environnementales. Mais le confort n’était jamais une fin en soi mais le moyen d’améliorer la productivité.

Aussi, la définition de santé de l’OMS, était une pure utopie : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». C’est par conséquent une référence axée sur le bien être, et le bien-être est un ressenti, c’est donc une évaluation subjective personnelle.

Sur la base de cette définition, la Commission européenne a cherché à développer une stratégie pour améliorer le domaine de la sécurité et de la santé au travail. Le Cadre stratégique de l’Union Européenne en matière de santé et de sécurité au travail (2014-2020) définit les trois principaux défis en matière de santé et de sécurité au travail :
 faire en sorte que les règles existantes en matière de santé et de sécurité soient mieux appliquées, notamment en augmentant la capacité des microentreprises et des petites entreprises à adopter des stratégies de prévention des risques efficaces et efficientes;
 améliorer la prévention des maladies liées au travail en s’attaquant aux risques nouveaux et émergents, sans pour autant négliger les risques existants ;
 tenir compte du vieillissement de la main-d’œuvre européenne .

(JLA)  « Nous avons remplacé le confort pour le bien-être et d’autres problèmes connexes tels que le bonheur au travail ou la santé, termes non seulement subjectifs, temporaires et instables mais, en raison de la réalité du travail, non pertinents dans le cadre des organisations.
La terminologie des risques psychosociaux fait également partie d’un discours sur la sécurité et la santé au travail.
Lorsque le mal être dans le travail représenté par les accidents et les maladies professionnelles a eu une incidence plus grande aggravée par la crise, les modes de la psychologie positive et ses variantes ont émergé comme une réponse cynique aux évolutions des organisations du travail, au phénomène d’intensification qui en résulte, à une tertiarisation du travail avec une augmentation de la charge de travail et des tâches de plus en plus « mentales ».

le stress des travailleurs a un coût économique de 136 milliards d’euros par an,

L’OCDE rappelle que « la précarisation croissante des emplois et l’augmentation actuelle des pressions au travail pourraient entraîner une aggravation des problèmes de santé mentale dans les années à venir. »
La proportion de travailleurs exposés au stress ou à des tensions sur leur lieu de travail a augmenté dans l’ensemble des pays de l’OCDE au cours de la dernière décennie.

L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EUOSHA) estime que le stress des travailleurs a un coût économique de 136 milliards d’euros par an, la majorité de ces pertes étant causées par des congés de maladie.
Mais ne pas oublier, comme l’indique l’INRS lui-même, que s’occuper du bien être au travail passe par la prise en compte de la charge psychosociale. Cette charge est constituée de tous les éléments psychosociaux qui jouent un rôle dans l’apparition du stress :des conflits, de l’absentéisme, du turnover, des plaintes pour harcèlement moral, … Ces éléments ont trait, par exemple, à la communication dans l’organisation, au management, aux relations humaines, au climat de travail …
À mon avis, l’approche bien-être vise à dissimuler la réalité, l’ampleur et la gravité des dommages psychosociaux.
Alternativement, il est prévu d’omettre la gestion des risques psychosociaux en utilisant des termes du domaine de la santé publique et de la santé et en parlant d’entreprises saines pour cacher la réalité du marché du travail.

( EJ) Pensez-vous qu’il existe une certaine confusion ou manipulation intentionnelle pour omettre l’obligation légale de prévenir les risques psychosociaux?

(JLA)  Il semble incontestable qu’il y a eu un appauvrissement de la prévention en profitant des nouvelles demandes économiques dans les organisations: productivité, réduction des effectifs, augmentation de la charge de travail, etc. Cependant, il existe encore des données qui analysent la rentabilité des investissements visant à améliorer la santé au travail, il est vrai que sans preuves scientifiques suffisantes, et même que les chiffres de ces coûts (stress par exemple) conduisent à un réel changement dans la gestion des risques psychosociaux. Toute une stratégie pour justifier que la prévention à “low cost” peut être aussi efficace que l’autre, qui n’a jamais été «premium ».

« Les pressions exercées à la recherche de l’efficacité économique des entreprises privées, la survie des PME ou l’efficacité de la fonction publique pour les organisations de l’Administration ont entraîné un ajustement de la prévention.
Lorsque les entreprises investissent dans leur système de production pour obtenir des avantages, elles ne prennent généralement en compte que les variables organisationnelles, techniques et financières; par la suite, elles rencontrent des difficultés dans la gestion des ressources humaines qui sont rarement traitées comme un risque psychosocial ou un problème de santé au travail ».

« De plus en plus, les entreprises adoptent des systèmes de gestion de la santé et de la sécurité au travail avec une approche plus globale et incluant des programmes de promotion de la santé dans les lieux de travail, etc.

( EJ) Pensezvous que la culture d’entreprise saine et positive est une tendance passagère ?

(JLA)  Nous assistons au “tout est bon” préconisé par les idéologues du néolibéralisme et à la prolifération des disciplines para-préventives, qui sont capables d’hypnotiser tant les experts pratiques que les experts académiques, mettant fin à leur vie professionnelle, une manière de continuer sur scène, ainsi que les parvenus, les faux préventeurs, les chômeurs devenus consultants, etc. qui ont trouvé un terrain fertile pour les mots grandiloquents, qui ignorent une réalité ouvrière: l’absence d’intégration de la prévention des risques professionnels dans la petite et très petite entreprise ( 99% du total des entreprises en Espagne).
Il s’agit de répéter les sophismes préventifs comme s’ils étaient la réalité, d’accepter des accidents avec résignation, de faire du sport avec une chemise d’entreprise après avoir creusé un fossé, ou de faire un régime végétalien. Et si tout cela ne marche pas, nous ne devrions nous en prendre qu’à nous-mêmes pour ce que le destin nous apporte et ne pas être assez résilients ».

« Ceux qui ne veulent pas se conformer sérieusement aux obligations préventives sur les risques psychosociaux, et sont disponibles pour organiser des réunions privées modèle «  Tuper psycho », comme avant ceux qui parlaient de responsabilité sociale des entreprises et étaient compatibles avec les sentences judiciaires de harcèlement ou l’augmentation des entreprises présentes dans les paradis fiscaux. Le bien-être a une date d’expiration en raison de ses propres contradictions et finira par tomber dans l’oubli. »

« Les approches globales dans ce domaine s’opposent à la tendance à l’individualisation, favorisée par la crise et renforcée par les nouvelles technologies, le travail collaboratif ou la réduction de l’emploi.
Au contraire, l’individualisation croissante des organisations commence avec leur propre rémunération et leurs incitations, est basée sur le discours de la psychologie positive, l’engagement dans l’entreprise, continue avec l’impossible déconnexion technologique et finit par rendre le travailleur responsable de sa propre sécurité. »

« Comme le fait remarquer le philosophe Byung-Chul Han (Séoul, 1959), sa thèse est adossée au constat que l’impératif « Sois performant » adressé à tous par de multiples canaux se révèle être un piège sans issue. Il faut être performant, répètent à l’envi les institutions de l’Etat et du travail. La demande de performance succède à une société de la discipline fondée sur « la négativité de l’interdit et de la règle ».
Le modèle de l’entreprise saine accorde une attention particulière à la discipline de la psychosociologie appliquée; facteurs de risque psychosociaux, évaluation psychosociale … La fin justifie-t-elle l’adoption de ce modèle? »

« Après plusieurs années à travailler comme ergonome, je me demande si les professionnels en font assez pour réduire les risques psychosociaux, au-delà du stress, du harcèlement ou des éternelles questions méthodologiques, et indépendamment de quelques sentences exemplaires sur les suicides au travail, harcèlement, etc. , ou si au contraire, il y a une frustration face à l’impuissance des différentes administrations, chaque fois avec moins de ressources et désireuses de collaborer par action ou par omission dans ces programmes pseudo-scientifiques non préventifs alternatifs, avec des arguments tautologiques, des propositions de bon sens, … Les pathologies du travail ont cessé d’être nommées pour être remplacées par des mots synonymes tels que: bonheur, bien-être, santé, … et finalement tous tellement heureux, ravis de se rencontrer et jusqu’à la prochaine rencontre de positifs avec des attentes optimistes.

« Nous ne pouvons pas confondre la spécialité préventive avec celle qui soutient ce modèle, la Para-Psychosociologie Appliquée que je définis, sauf meilleure alternative, comme : “Etude scientifique d’expériences qui, si elles sont ce qu’elles semblent être, sont, en principe, hors du domaine de la prévention primaire.
«  Ainsi, les risques psychosociaux sont des phénomènes paranormaux qui indiquent une peur irrationnelle de la Direction dans sa gestion, et qui ne sont pas reconnus par la prévention orthodoxe, et qui sont abordés par des techniques ésotériques telles que le bonheur au travail, le yoga, ou le coaching, « entre autres ».

Le jour ou la gestion réelle des risques psychosociaux sera en mesure d’éliminer la fatigue, le stress, le harcèlement au travail, la violence ou la prévention de l’absentéisme, ils seront traités sérieusement et pourront créer les conditions pour l’amélioration du bien-être au travail. Jusque-là, ils continueront à parler de ce qui devrait être, de ce qu’on devrait manger ou de la qualité de la vie, des questions liées au salaire et à la culture.

Francisco. Javier Llaneza Alvarez,de PhD,

Presidente A.E.E, AsociacionEspanola de Ergonomia

Preveras, Asociacion Asturiana de Ergonomia