Automatisation et intelligence artificielle : Une véritable hécatombe pour l’emploi ?

EXCLUSIF  Ergonoma Journal

Les avancées dans les domaines de la robotique, de l’intelligence artificielle, du machine learning ou encore du deep learning en relation avec le big data, laissent présager des conséquences profondes sur la physionomie du marché de l’emploi pour les toutes prochaines années.

Les emplois dits de « cols blancs » dont les tâches seraient répétitives et opérationnelles seraient par ailleurs de plus en plus menacées. Les études abondent à propos de l’impact de cette 4e révolution industrielle et de l’automatisation des tâches d’analyse, de capture d’information ou encore de gestion administrative et de traitement générique des demandes de clients.Mais demain les robots seront-ils vraiment assez compétents pour remplacer les humains ? Représentent-ils la plus grande menace de l’Histoire contemporaine sur l’emploi et la société organisée autour du salariat tel que nous les connaissons aujourd’hui ? En somme, serons-nous effectivement remplacés par des machines dans la prochaine décennie ?

1. On ne sait pas encore de quoi demain sera fait.

Si nombreuses sont les prédictions pessimistes voire catastrophiques, la résilience de nos modes d’organisation socio-économiques peut faire chuter la meilleure des prospections possibles. Lors de la diffusion des métiers à tisser mécanisés, au XVIIIe siècle*, des mouvements ouvriers, artisans du textile, appelaient à détruire les premières machines pour sauver leurs emplois. Depuis, ces machines ont pu se développer et de nouveaux emplois sont venus suppléer ces pertes. Mieux, au fur et à mesure que les machines sont venues remplacer l’homme, les nouvelles fonctions créées furent souvent moins aliénantes que les antérieures. La mécanisation peut donc offrir des perspectives de mieux vivre par de meilleures conditions de travail pour les employés, mais elle sous-entend aussi une crise passagère, le temps de trouver de nouveaux modes de production et d’organisation permettant à tout un chacun de participer à la production de valeur.

“Toutes les prédictions sur l’avenir du travail seront fausses, y compris celle-ci.” Paul Marks,journaliste spécialisé en nouvelles technologies.

Comme l’indique Paul Marks, les prédictions ont toutes valeur à être contredites par l’Histoire, puisqu’elles se basent sur des éléments présents et ne peuvent intégrer les facteurs aléatoires et accidentels qui surviendront et orienteront nos modes d’organisation. Le facteur humain en est le premier, dont sa capacité de résilience et son imaginaire. Cependant, si l’on se base sur l’état actuel de l’emploi et des applications potentielles de l’automatisation en cours, nous pourrions voir disparaitre une proportion extrêmement élevée d’emplois considérés comme intouchables jusqu’à présent.

«Entre 400 millions et 800 millions d’emplois dans le monde seront automatisés d’ici 2030» Recherche du McKinsey Global Institute,( cité par Fortune)

2- Ce qui est sûr, c’est que nous devrons apprendre à travailler différemment.

Une seule certitude, par conséquent, celle que nous allons devoir apprendre à travailler autrement et réorganiser nos tâches actuelles en prenant en compte l’intelligence artificielle (AI). Nous aurons besoin de moins de profiles spécialisés, par exemple, puisque les machines seront capables d’analyser des quantités immenses d’informations tout en les croisant et en reconnaissant des patrons ou des corrélations plus rapidement que des centeines de personnes.

Nous devrons alors savoir nous concentrer sur des tâches plus cognitives et transversales, tirant ainsi profit de la puissance de calcul et de déduction des machines pour les réinterpréter, les contextualiser et laisser parler notre créativité et notre imaginaire de manière à produire une réelle plus-value. Ces métiers seront probablement moins aliénants, plus stimulants intellectuellement, mais tous les profils actuels sont encore loin d’y être préparés. Pourtant, les aspirations et valeurs des nouvelles générations comme les Millennials coïncide avec cette évolution des fonctions vers des activités cognitives.

"Nous allons tous devoir changer et apprendre à faire de nouvelles choses au fil du temps" Michael Chui, partenaire du McKinsey Global Institute,( cité par Bloomberg)

L’enjeu de cette évolution se trouve donc dans la transition que doivent opérer les générations intermédiaires avant qu’elles n’atteignent l’âge de la retraite. Le risque est que les personnes à faibles capacités cognitives rencontrent de plus en plus de difficultés pour trouver des emplois « simples », plus répétitifs et moins exigeants sur le plan réflexif.

3 –L’automatisation de l’ère numérique a déjà commencé

Les réponses ne sont pas simples à avancer. Oui, l’automatisation amorcée affectera directement des emplois jusqu’alors préservés. C’est notamment le cas dans les secteurs du télémarketing, assistance téléphonique, les postes administratifs des banques et assurances, ou encore pour ceux liés au transport de personnes ou de marchandises comme les métros de la RATP par exemple. Des secteurs qui emploient beaucoup, à des postes synonymes de stabilité, de carrière et de statut social. Comme cette banque suédoise, Nordea, qui annonce par le biais de son CEO Casper von Koskull qu’elle supprimera 6 000 postes dans les 5 prochaines années en faveur de l’automatisation. Plus de 2 500 postes ont d’ailleurs déjà été supprimé, permettant à la banque de générer des augmentations conséquentes de ses résultats et rendements tout en définissant un nouveau standard pour le secteur.

“Tout comme au XVIIIe siècle, la nouvelle technologie était inutile sans la “force motrice” de la main-d’œuvre qualifiée humaine. Le changement dont beaucoup s’inquiètent signifie que les employés humains seront déchargés des tâches fastidieuses et répétitives et c’est que tout le monde redoute, en fait.”

«5 objections courantes liées à l'automatisation des processus robotiques et à leur gestion» Cigen (pur spécialiste des domaines de l’automatisation des processus robotiques (RPA) et de l’automatisation intelligente

Depuis nos agences  BICG en Europe, nous observons pour nos projets de transformation des formes de travail, en Espagne, en France ou encore en Allemagne, que les secteurs de l’assurance mènent déjà des projets de mises en place de chatbots capables de canaliser les appels de clients ou de leur fournir des réponses simples.

Certaines nouvelles banques totalement digitales se vantent même de gérer leurs interactions clientèle uniquement par le biais de ces robots ou algorithmes, fonctionnant sur la base du machine learning, apprenant au fur et à mesure de leurs interactions avec l’Homme. Cette tendance à automatiser des fonctions répétitives qui ont été l’apanage des employés de bureaux est donc définitivement bien amorcée.

4Des secteurs que nous n’envisagions pas et de nouvelles opportunités

La révolution numérique continue d’absorber de nouveaux secteurs d’activité. « L’ubérisation » qui menace des secteurs qui se considéraient comme protégés car historiques montre bien que l’automatisation de certaines activités peut transformer des pans entiers de l’économie et l’organisation sociale qui en découle. La médecine, avec les consultations en ligne délivrées par des systèmes capables de comprendre le cadre médical du patient, de même que la recherche en physique* ou encore la comptabilité* et le secteur juridique, sont des exemples supplémentaires de mutations profondes amorcées par l’application de solutions numériques favorisant l’automatisation des activités.

“La numérisation touche tous les aspects de notre vie et perturbe profondément la façon dont les entreprises font et donc structurent leurs activités. La plupart des entreprises (55 %) devront changer leur business model en raison de la numérisation au cours des prochaines années. Cependant, la grande majorité (62%) des entreprises déclarent que leurs connaissances et leur capacité à gérer la numérisation ne sont pas suffisamment encore au point.Extrait du rapport d’Etventure, Digital Transformation 2018, cité par Branden B. Dean dans Business World”

Même le secteur commercial ou les ressources humaines sont exposés à ces évolutions, comme le montrent les derniers développements de plateformes et chatbots dédiés à la relation client ou employés, utilisant le machine learning et les données existantes pour améliorer en permanence la qualité de leurs interactions. Bientôt, ces logiciels seront capables d’appliquer des opérations telles que des modifications de données client.

“Notre objectif à long terme est de former des travailleurs du numérique. Au fur et à mesure que l’entreprise augmente le nombre de tâches qu’elle peut automatiser, elle crée progressivement un employé informatisé.”

Talla CEO Rob May, Financial Times

Si les tâches répétitives ou peu stimulantes sont prises en charge par les machines, les employés sont amenés à se consacrer à des activités à forte valeur ajoutée. À commencer par les besoins de supervision, contrôle, et interprétation des informations générées par les systèmes automatisés. Les organisations doivent accompagner leur personnel et orienter les nouveaux employés vers des activités qui viennent compléter les apports de l’IA en se consacrant à des tâches créatives, collaboratives et finalement plus stimulantes*. Les entreprises doivent penser le monde de demain, non pas sans l’Homme, mais avec lui et la machine en parfaite symbiose.

5-L’alliance robot-humain, une évolution culturelle nécessaire.

«Oui, une automatisation excessive chez TESLA était une erreur. Pour être précis, mon erreur est d’avoir sous estimé les humains » Elon MUSK (traduction)

Les entreprises et les personnes qui les composent doivent donc amorcer une évolution culturelle qui leur permette de repenser leurs activités et de tirer profit de l’automatisation en marche. De nouveaux métiers apparaissent déjà comme ceux liés à la question de la cyber sécurité, devenu un sujet central dans cette transition vers l’avènement « d’employés numériques ». Le secteur de la sécurité des systèmes informatiques recherche toujours plus d’employés qualifiés pour des fonctions à haut niveau de pression de par les enjeux stratégiques qui en dépendent. L’automatisation accompagne ainsi ce développement en fournissant des outils permettant d’anticiper ou de détecter des failles en amont, le manque de personnes qualifiées accélérant le développement de ces solutions basées sur l’AI.

Si les entreprises ne sont pas capables de se transformer culturellement et structurellement pour embrasser ces évolutions, les outils mis en place pour l’automatisation pourraient bien se retourner contre elles. Le compte Tay, le chatbot lancé par Microsoft sur Twitter en 2016, a été saturé par des messages de « trolls » qui l’ont amené à diffuser des messages entre autres racistes et obligé la compagnie américaine à mettre un terme à l’expérience après seulement 8 heures. De même, la mise en place de solutions basées sur l’AI au sein des entreprises, si elles ne sont pas accompagnées d’une conduite du changement culturel, peuvent être sabotées en interne par leurs propres utilisateurs de sorte à les rendre inopérantes en leur faisant générer des résultats incohérants*. Dans les entrepôts automatisés d’Amazon ou les usines de construction automobile, les employés auront toujours un rôle à jouer, et il sera central. L’exemple du site d’assemblage totalement automatisé lancé par Tesla* a montré que le rendement avait diminué lorsque les robots prenaient en charge l’ensemble des activités. Des centaines d’employés ont en effet dû être embauchés pour ré-entrainer les machines, prouvant que l’automatisation excessive ne fonctionne pas – pour l’instant.

“Les plus grands gains de performance ne sont pas obtenus lorsque les machines sont utilisées pour remplacer les employés, mais lorsqu’elles sont déployées pour

travailler à leurs côtés”.  Why Even AI-Powered Factories Will Have Jobs for Humans, Harvard, Business Review

La culture japonaise a peut-être encore une fois beaucoup à nous apprendre après le toyotisme ou encore le « lean management ». Cette fois pour nous aider à embrasser et accompagner de la meilleure façon possible cette transition numérique vers l’automatisation. La culture japonaise intègre en effet bien mieux que les sociétés occidentales l’apparition des robots.

Les Japonais ne font pas de distinction entre l’homme, la créature supérieure et le monde qui l’entoure. Tout est fusionné, et ils disent; nous acceptons facilement les robots ainsi que le vaste monde qui nous entoure, les insectes, les roches – c’est UN TOUT. Nous n’avons aucune des attitudes dubitatives à l’égard des robots, en tant que pseudo humains,telle qu”on la trouve en Occident. “Ici, il n’y a pas de résistance, juste une acceptation discrète.”Osamu Tezuka, Wired.

L’acceptationon des machines comme des éléments participant avec nous, à la réalisation de nos objectifs communs est en effet une première étape indispensable, qui passe par un travail sur soi de la part des organisations et de leurs membres. Les méthodes participatives (re)mettant les employés au cœur de la définition de leur culture, de leurs modes de relation et de communication ou encore des procédures internes et des tâches à réaliser apparait plus indispensable que jamais.

Conclusion

Nous préparer au changement en apprenant à être plus humains

La machine a besoin de l’homme, et les exigences liées à la sécurité ou encore à l’absence d’erreurs, génèrent des solutions hybrides,où l’humain, travaille avec les robots.Leur alliance mène à des résultats non seulement quantitatifs et productifs, mais aussi qualitatifs. On ne peut se passer complètement de l’homme et c’est une

bonne nouvelle. Les tâches aliénantes seront prises en charge par des machines, et les employés les superviseront. Il s’agit en fait d’un vrai progrès. Mais la question de la reconversion de profils plus techniques, moins qualifiés ou qualifiables, en masse, pose tout de même question. Elle nous pousse à envisager, enfin, l’éducation et la formation sous un nouveau jour. Pour préparer les futures générations, mais surtout pour accompagner les travailleurs actuels dans cette évolution.

L’ampleur des transformations est telle que c’est d’un projet de société qu’il s’agit, et de la manière dont nous concevons le travail dans nos vies sociales et économiques. Faudra-t-il partager le travail en en diminuant le temps légal ? Inventer un revenu universel ?

Redistribuer en salaires ou pensions les profits issus de l’automatisation ? Ces pistes avancées par des penseurs souvent emprunts d’idéologies passées ou actuelles ne semblent pas apporter les réponses dont nous avons tant besoin. Et si la résilience et la créativité humaine nous surprenait encore une fois ? Sans que cela ne nous empêche de nous préparer et d’observer.

____________BICG Editorial

www.bicg.com