Pourquoi les grands spécialistes du mobilier de bureau ne profitent pas du télétravail

Lorsque Google d’Alphabet Inc a déclaré aux employés en mai que la société rembourserait jusqu’à 1 000 dollars (839 euros) pour équiper les bureaux à domicile, la plupart des options que les employées ont trouvées étaient des importations bon marché vendues en grandes surfaces ou les plateformes en ligne comme Amazon. Pendant des décennies, les fabricants comme Herman Miller et Steelcase se sont concentrés sur la vente aux entreprises.

Leur maillage territorial réalisé par leurs concessionnaires permettait l’achat de chaises et de bureaux ergonomiques par camion entiers. L’emploi d’équipes de concepteurs et techniciens pour livrer et installer leurs produits. Aucun d’entre eux n’était donc vraiment préparé à un flot de commandes de particulier. Des commandes pour un seul bureau réglable de la part d’employés essayant soudain de s’adapter au télétravail.

Un modèle de distribution vieillissant

52%, c’est le pourcentage d’employés americains, ayant déclaré, en Avril qu’ils travaillaient tout le temps à domicile. 18% ont eux déclaré travailler partiellement à domicile selon une enquête de Gallup . Une enquête ultérieure a révélé que la moitié aimeraient continuer à le faire de manière permanente.

« Un tsunami a frappé cette industrie avec cette pandémie », a déclaré Ron Wiener, directeur général d’iMovR, un fabricant de bureaux réglables à Seattle. « Les grandes entreprises n’étaient tout simplement pas structurées pour servir les gens travaillant depuis chez eux.»

De plus en plus d’entreprises découvrent qu’elles peuvent fonctionner avec des travailleurs dispersés. Cela permet d’économiser sur des biens immobiliers coûteux. Certains experts prédisant même que le virus tuera en partie les grands bureaux. Inévitablement, les actions des plus gros fabricants restent profondément dans le rouge. Pour Steelcase, les ventes d’environ 483 millions de dollars (405 millions d’euros) étaient les plus faibles depuis son introduction en bourse en 1998.

Nombre de fabricants affirment avoir fait des progrès dans leurs options en ligne depuis le début de la pandémie et ont trouvé d’autres moyens de vendre aux particuliers. Lori Gee, vice-présidente des services de performance sur le lieu de travail chez Herman Miller, a déclaré avoir rapidement mis en place un moyen pour que les employés de Google puissent acheter directement auprès de l’entreprise, par exemple.

«Cela a été une accélération de ce que nous faisions déjà – pour faciliter la mise en place de la meilleure configuration», quel que soit l’endroit où les meubles iraient ou la taille de la commande.

Une logistique compliquée et des prix élevés

Le process de fabrication des grandes entreprises pour leurs produits est un facteur de complication. De nombreux fabricants ont externalisé la production de composants. Achetant des bases à une entreprise, par exemple des ordinateurs de bureau à une autre, et les assemblant pour des configurations spécifiques. Le client moyen à domicile, lui, souhaite un produit simple. Un produit qui peut être envoyé par un service de livraison, dans une seule boîte et un montage simple. Idéalement ne nécessitant que d’un outillage rudimentaire.

«Nous n’avons pas l’habitude de traiter avec l’utilisateur final – si nous recevons un appel d’un client au sujet d’une vis manquante, nous ne sommes pas prêts à gérer cela», a déclaré Soren Stig-Nielsen, président de la division américaine de la société danoise LINAK. L’entreprise possède une grande usine à Louisville, dans le Kentucky, et vend ses équipements à la plupart des grandes entreprises de meubles nationales, y compris Steelcase.

Le prix est également un facteur. Une chaise Aeron, un design classique vendu par Herman Miller, est disponible dans des versions qui peuvent facilement coûter 1000 $. Les postes de travail dans les bureaux peuvent coûter encore plus cher. Tout dépend de leur complexité et des fonctionnalités ajoutées. Les travailleurs à la maison sont beaucoup moins susceptibles de faire de telles dépenses sur des options aussi coûteuses.

Une mort annoncée ?

Toutefois, l’industrie n’abandonne pas les bureaux réels. Personne ne sait vraiment combien de temps la crise dans la construction de nouveaux bureaux centralisés durera. Mais les concepteurs de toutes ces entreprises travaillent déjà sur des concepts pour un nouveau mode de travail. Y compris pourquoi pas le développement et l’équipement de plus petits bureaux satellites. «Nous pensons qu’il y aura toujours le besoin d’un lieu de travail physique – des endroits où vous allez pour la collaboration et donner vie à la culture d’entreprise», a déclaré Lori Gee.

S’adapter, c’est tout le mal que l’on souhaite à ces enseignes prestigieuses. Car sinon c’est un savoir-faire qui sera perdu et des collections magnifiques qui ne verront jamais le jour.

Source: Reuters