Fierté & Tabou: «Ambition professionnelle, regards croisés femmes-hommes»

2020, nous aura appris beaucoup de choses sur notre manière d’envisager notre emploi. La pandémie de coronavirus nous a contraint à réfléchir sur la façon dont nous passons nos heures, souvent, en télétravail. La fameuse La Qualité de Vie au Travail (QVT). Selon des statistiques de la plateforme d’emploi Totaljobs, 70% des travailleurs sont susceptibles d’envisager changer de secteur. Des études récentes révèlent également que les trois quarts des femmes interrogées étaient motivées pour créer une entreprise après la pandémie. Un quart le faisant déjà.

Les femmes ont aujourd’hui de l’ambition, et ceci, autant que les hommes.

88% des femmes (91% des hommes) déclarent avoir de l’ambition. L’ambition est même très valorisée: qu’on soit femme ou homme, c’est une valeur positive pour 93% des personnes interrogées. C’est une qualité pour 94%. Quand il s’agit d’évaluer la perception de leur ambition par les autres, les résultats sont un peu moins tranchés :

74% estiment que les autres les voient ambitieux ou ambitieuse. D’où peut venir cet écart de près de 15% ? Est ce un manque d’assurance par rapport au regard extérieur sur leur ambition ? Manque de reconnaissance ? Modestie ? En tout cas, il n’y a pas de différence là non plus entre les femmes et les hommes. Les femmes ne se voient pas moins ambitieuses que les hommes dans le regard des autres.

Menée en partenariat avec plus de 50 réseaux engagés en faveur de la mixité femmes-hommes et soutenue par Sopra Steria. Cette étude livre des résultats intéressants. On pourrait résumer en deux mots : entre fierté et tabou. L’étude «Ambition professionnelle, regards croisés femmes – hommes» a pour vocation de faire émerger les similitudes. Les différences de comportement et de perception des femmes et des hommes face à l’ambition. L’égalité professionnelle femmes-hommes est non seulement un enjeu majeur de la société mais aussi un devoir de conscience. C’est à ce titre que le réseau PWN a souhaité, offrir à chaque femme l’opportunité de prendre conscience de son rapport personnel à l’ambition. Frein ou moteur ?

Bonne nouvelle

Cette étude nous permet en tout premier lieu de lever un des trois préjugés qu’on entend dans les entreprises. Les capacités des femmes à développer leur carrière : elles ne seraient pas disponibles, pas mobiles, et… n’auraient pas d’ambition. De l’ambition professionnelle, les femmes en ont, et autant que les hommes. Par ailleurs, elles la valorisent autant que les hommes de façon duale : comme moteur d’épanouissement et de progression de carrière.

Deuxième bonne nouvelle

L’image d’une femme ambitieuse est largement positive. Que ce soit dans le regard des femmes ou celui des hommes. Volontaire et déterminée, confiante en elle, dynamique et énergique, audacieuse. Mais pourquoi tout le monde s’accorde alors à penser que les femmes n’ont pas assez d’ambition? Qu’est-ce qui peut les freiner dans cet “désir ardent de réussite” ?

Tout d’abord, les femmes sous valorisent l’ambition pour elles-mêmes. Elles sont deux fois plus nombreuses à penser que l’ambition est très importante pour la carrière des hommes par rapport à la carrière des femmes. Elles en parlent aussi comme d’un tabou pour les femmes. Serait-ce à mettre en relation avec le sentiment d’imposture, qui peut les bloquer à certains niveaux? “Je suis déjà tellement contente d’être arrivée là, je préfère rester à ma place et ne pas risquer qu’on réalise que je suis en fait incompétente”.

Les femmes ont une représentation de l’ambition encore attachée aux stéréotypes. Ceux d’un modèle qu’elles associent au masculin, de façon négative : un homme ambitieux serait carriériste, “politique”, dominateur, arrogant ou prétentieux. Qui aurait envie de s’en rapprocher ?

Les entreprises ont leur part de responsabilité

La moitié des salarié(es) déclarent que leur entreprise n’encourage pas leur ambition. On peut imaginer que l’impact est encore plus important pour les femmes. Elles sont plus nombreuses que les hommes à citer la culture d’entreprise comme un frein à leur ambition. Alors comment sortir de cette ambivalence pour les femmes ambitieuses ?

[ TO READ / A LIRE ] :   L’intelligence Artificielle au service de l’ergonomie

Assumer : l’ambition est une valeur positive, les femmes ambitieuses sont jugées positivement. On peut donc s’autoriser à vivre une relation franche et légitimée avec son ambition. La pousser à la hauteur de ses rêves. S’affranchir des stéréotypes : l’ambition est neutre, ni masculine, ni féminine. Ses connotations négatives persistent davantage dans le regard des femmes. On peut exprimer son ambition sans craindre le jugement des autres. Rester soi-même sans devoir se mouler dans ce qu’on imagine devoir être l’ambition. Cultiver les trois piliers de l’ambition professionnelle qu’elles ont elles-même identifiés :

  • Développer la confiance en soi, l’audace, le droit à l’échec, le courage
  • Identifier le ou la mentor.e qui saura accompagner leur désir de réussite professionnelle
  • Constituer, entretenir et développer leur réseau.

Comment les entreprises peuvent-elles jouer pleinement leur rôle pour mobiliser l’ambition professionnelle des femmes ?

Proposer des programmes de développement personnel et de mentorat. Encourager les femmes dans l’expression de leur ambition. Former les managers à déceler les signaux de l’ambition exprimés par les femmes, puis la valoriser et la favoriser. Revoir la culture d’entreprise et les process d’évaluation de l’ambition pour vérifier qu’ils soient construits sans biais sexués.

Méthodologie

L’enquête a été menée de juillet à décembre 2017 sur la base d’un questionnaire administré en ligne. D’une durée de 20 minutes pour une cinquantaine de questions. Envoyé à des milliers de membres d’une cinquantaine de réseaux professionnels engagés en faveur de la mixité et de l’égalité professionnelle. En France et à l’international. 5 363 personnes ont répondu : 4 809 femmes et 554 hommes. Des répondants (es) avec un niveau de formation supérieure élevé, et une certaine maturité professionnelle.

Age moyen 40 ans (78 % ont 30 ans et +), 17 ans d’expérience professionnelle en moyenne (70% ont au moins 10 ans d’ancienneté). 83 % sont diplômé.es bac + 4 et plus. 54% sont en situation de management, dont 19% encadrent une équipe de plus de 10 personnes. Une situation familiale qui reflète la diversité. 52% vivent en couple avec enfant(s). 9% sont célibataires avec enfant(s). 19% en couple sans enfant. 19% célibataires sans enfant. Un profil professionnel majoritairement salarié, dans une structure de grande taille.

79 % des répondant.es sont salarié.es (58 % dans le privé, et 21 % dans le public), à 69% dans une organisation de plus de 500 salarié.es, travaillent à temps plein (88%), dans une grande diversité de secteurs et de métiers.

Professional Women Network et Sopra Steria

Le Think Tank «Women and Ambition» de PWN Paris, le réseau leader de femmes cadres dirigeantes, a présenté le 20 septembre 2018 une étude de grande envergure portant sur le rapport des femmes et des hommes à l’ambition au sein du milieu professionnel.

Professional Women Network est à Paris le réseau international leader de femmes cadres et dirigeantes. Il a pour mission de favoriser l’équilibre Femmes-Hommes dans le monde économique. Le réseau PWN rassemble 700 membres à Paris, près de 900 en France et 4000 dans le monde à travers plus de 30 villes. À Paris, le réseau est à l’initiative de plus de 60 occasions de rencontres et d’échanges dans l’année. Créant pour ses membres et non-membres, des opportunités d’agir et d’oser. Favoriser des rencontres, partager des expériences, développer des expertises sont les maîtres-mots de ses activités.

Sopra Steria, est un leader européen de la transformation numérique de près de 42 000 collaborateurs. L’entrepise apporte une réponse globale aux enjeux de développement et de compétitivité des grandes entreprises et organisations. Sopra Steria est engagé depuis de nombreuses années sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.