L’exosquelette MATE de Comau change la vie des ouvriers

Vous l’avez sans doute remarqué, Ergonoma vous permet d’assister depuis quelques années à la percée des exosquelettes dans le monde du travail. Notamment à travers des témoignages de PDG ou responsable sécurité qui viennent de les intégrer dans leurs entreprises. Des témoignages qui décrivent pour la plupart comment ce dispositif a amélioré la vie des employés exerçant des tâches répétitives ou de manutention. Aujourd’hui on s’intéresse aux ouvriers des usines de Pintarelli Verniciature basés à Trente en Italie.

Pintarelli est une entreprise qui fournit des revêtements en poudre durci au four pour des produits industriels. Des produits qui peuvent être en fer, en acier ou en aluminium. Depuis que la société a équipé ses ouvriers avec le MATE-XT de Comau, elle ne tarit pas d’éloge sur les bienfaits des exosquelettes. Une industrie qui a manifestement besoin d’aide s’équipe d’un exosquelette performant. On vous raconte tout.

Une méthode de travail propice à l’utilisation d’exosquelette

Les pièces métalliques revêtues produites par l’entreprise sont utilisées dans les secteurs de l’automobile, des machines-outils, de la réfrigération, des ascenseurs et du bâtiment. Compte tenu du grand nombre de produits différents qu’elle traite, l’entreprise n’est pas en mesure d’automatiser ses processus. Ce qui exige donc un effort physique important de la part des opérateurs. « Une production comme celle-ci rend très difficile l’introduction de systèmes d’automatisation » déclare le directeur d’usine.

Le travail des 30 employés s’avère ainsi être un véritable défi physique. « Les pièces les plus lourdes doivent être déplacées par des portiques. Mais la majorité des pièces pesant entre 7 et 20 kg sont déplacées manuellement par l’opérateur. Ce dernier devant également appliquer le revêtement en tenant le pistolet. » Dans une démarche d’amélioration du bien-être de ses salariés, la firme italienne a choisi ainsi de s’équiper d’une « flotte « d’exosquelettes. Après une étude de marché, son choix s’est porté sur le modèle MATE-XT de la société turinoise Comau.

Le MATE-XT de Comau

Le MATE-XT (Muscular Aiding Tech Exoskeleton) est un exosquelette entièrement mécanique sans pièces électriques ou électroniques. C’est un dispositif passif basé sur des systèmes d’actionnement (ressorts précontraints) qui soutiennent le levage du bras proportionnellement à l’angle du bras par rapport au corps, sur un intervalle de 20 à 120 degrés, avec une force maximale appliquée à 90 degrés.

MATE propose 8 niveaux d’assistance différents que l’opérateur peut ajuster en fonction de l’effort nécessaire. Et sans avoir à arrêter le travail. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la direction est enchantée par son investissement. Pour le Directeur l’usine, la solution Comau fût d’abord privilégiée car elle semblait « simple dans sa conception et son fonctionnement ». Depuis que ses salariés l’utilisent, elle voit dans le MATE-XT un exosquelette qui « exploite les propriétés des systèmes élastiques et est facile à porter. Ce sont des fonctionnalités gagnantes pour nous. »

Il faut dire que le MATE-XT est spécialement conçu pour prévenir les pathologies musculaires liés aux mouvements musculaires des bras et des épaules. L’usine constate une réduction perçue de l’effort de plus de 25 %. Un chiffre important validée par les résultats de recherches utilisant l’électromyographie de haute précision. Autre preuve de son efficacité, il est pour l’instant le seul exosquelette u monde à être certifié EAWS (Ergonomic Assessment Work-Sheet). Une certification liée à l’ESO spécialement créée pour les exosquelettes.

L’expérience Pintarelli démontre la grande utilité des exosquelettes dans le cadre d’une industrie de pointe (souvent artisanale et exigeante physiquement) ou polyvalente (donc difficilement « automatisable »). L’usine italienne présente les 2 caractéristiques. Que tous ses employés soient enchantés par le MATE-XT est donc compréhensible.