20 ans de progrès pour la manutention dans les ateliers industriels

A la fin du XX ème siècle, l’industrie accélère sa recherche de solutions dans les ateliers. Interpellée par le taux d’accidents élevé lié aux opérations de manutention, elle essaye de réduire les risques sécuritaires . Le travail des ergonomes et l’évolution réglementaire ont fortement contribué au changement des pratiques. Des axes de progression identifiés sur la sécurité et la pénibilité du travail ont permit d’améliorer les conditions de travail. Notamment concernant la baisse des charges maximales que peut porter un opérateur.

Certains équipements ont peu à peu été supprimés des zones de production, comme le chariot élévateur. Les risques d’accidents liés à son utilisation sont élevés, d’autant plus lorsque l’utilisateur n’a pas suivi de formation préalable (CACES).

Maîtriser le risque sécuritaire dans les ateliers

De nouveaux équipements, tels que les mini gerbeurs et timons motorisés, ont fait leur apparition dans les ateliers. Facilitant les opérations de levage et manutention de charges en toute sécurité. Philippe Grégoire, responsable service projet chez Actiwork, décrit le cercle vertueux qui relie la sécurité, l’ergonomie et la productivité. Il cite pour exemple l’évolution à cette époque des chariots 4 roues. Ils furent dotés d’une 5ième roue suspendue ou de frein central. Offrant plus de sécurité, une meilleure maniabilité et un gain de temps. Depuis, le développement d’une offre d’équipements de manutention toujours plus étendue, ergonomique et accessoirisée s’est intensifiée. Répondant ainsi à la volonté croissante des industriels de sécuriser et d’optimiser leurs ateliers.

Des évolutions techniques marquantes

Prendre en compte la sécurité et le confort des opérateurs a accéléré l’arrivée de nouvelles solutions ergonomiques dans les ateliers. Parmi ces solutions, on trouve les gerbeurs de fûts et de bobines. Ils sont équipées d’accessoires de préhension, retournement ou basculement qui limitent considérablement les efforts et temps de manutention. Philippe Grégoire explique que certains gerbeurs intègrent des fonctions de manipulation sous vide à main unique (qui se commande avec une seule main). Une solution particulièrement adaptée aux petites charges. Les timons rencontrent également un grand succès. Ils répondent parfaitement au besoin de tirer et pousser des charges en toute sécurité dans les ateliers. De façon plus générale, le design a beaucoup évolué. Grâce à l’apparition de matières plus légères, une meilleure maniabilité, une modularité et une mobilité renforcées.

[ TO READ / A LIRE ] :   EU-OSHA : Plus de 100 partenaires sont impliqués dans la campagne «Lieux de travail sains – Maîtriser l’usage des substances dangereuses».

L’expérience accumulée auprès des différents secteurs industriels et l’étendue de l’offre d’équipements de manutention stimulent une dynamique créatrice de matériels toujours plus ergonomiques. ACTIWORK cultive ce discernement technique et pratique. Ceux ci sont nécessaires au développement des « technologies croisées ». La mise en perspective d’une problématique Client. Une solution existante dans un autre domaine d’application chez un autre industriel permettent souvent des gains importants pour l’utilisateur. Par exemple, les dessertes industrielles à niveau constant. Elles ont été fortement inspirées par les chariots de récupération de plateaux présents dans les restaurations collectives. Les bras de réaction de couple (pour visseuses) utilisés en support auto équilibré pour les postes de filetage en haute maroquinerie.

L’utilisateur au cœur des préoccupations

Aujourd’hui, les opérateurs sont fortement sensibilisés aux risques liés aux manutentions de charges et aux tâches répétitives. Ils font l’objet de nombreuses recommandations : postures, utilisation des équipements, EPI (équipement de protection individuelle), etc. Soucieux de leur bien-être, ils sont consultés et acteurs de l’évolution de la qualité de vie dans les ateliers. Les postes et mouvements sont maintenant analysés. Faisant de ce fait correspondre les solutions aux besoins concrets. Améliorant ainsi les conditions de travail et la productivité.

Et Philippe Grégoire, de rappeler que c’est bien là que se trouve la préoccupation première d’ACTIWORK. Le nom acronyme signifiant Améliorer les Conditions de Travail dans l’Industrie.