La prévention des bruits et du stress au travail

Peu importe leur volume, les bruits font partie intégrante de la vie professionnelle de chacun. Chaque métier a les siens, du bruit de la porte s’ouvrant pour un chauffeur de bus au ronron des ordinateurs dans un environnement de bureau. Même si cela est souvent minimisé par les employeurs, les bruits peuvent causer des dommages pour la santé des employés et, à terme, sur la productivité de l’entreprise. Quels peuvent être les impacts de la pollution sonore professionnelle ? Et surtout, quelles solutions existent pour s’en prémunir ? Eléments de réponse.

Le bruit au travail : quelles conséquences ?  

Pour la santé

L’exposition à d’importants niveaux de bruits sur le lieu de travail peut causer chez le travailleur de la fatigue auditive. Cela se caractérise par l’apparition de sifflements continus dans l’oreille. Il est à noter que c’est un mal désagréable mais généralement bénin, les docteurs prescrivant la plupart du temps au malade d’évoluer un certain temps dans un environnement calme, pour que disparaissent les désagréments.

L’exposition continue à une source de bruit plus importante peut générer des problèmes de surdité plus ou moins aigües. Ils se caractérisent par une destruction des éléments cellulaires de l’oreille interne. Alors que leur rôle est primordial dans la conduite du son.

Impact collatéral : l’apparition de symptômes de stress pouvant affecter les plus fragiles. Selon des études scientifiques, l’exposition au bruit au-delà du seuil toléré par l’organisme diminue sa faculté à s’offrir un sommeil réparateur. Le travailleur ressent alors une fatigue permanente. Dans les cas les plus graves, cela peut même déboucher sur des maladies cardio-vasculaires. Il est donc important de reconnaître à temps les symptômes et de se faire suivre par un médecin.

Pour la productivité de l’entreprise

La concentration est la première touchée par les nuisances sonores. Là encore les scientifiques recommandent d’évoluer dans un environnement produisant au maximum 55 décibels. A partir de ce seuil, la concentration du travailleur baisse inexorablement.

Évoquée plus haut, la fatigue générée par le stress peut s’avérer être un véritable frein à la productivité. Même si son impact demeure encore aujourd’hui difficile à quantifier, les décideurs feraient bien de s’y intéresser.

Le bruit au travail : quelles solutions ?  

La réponse la plus commune apportée par les chefs d’entreprise au problème des nuisances sonores sur le lieu de travail c’est la cabine ou box acoustique. Souvent aussi fonctionnelle que design, elle permet de travailler au calme et de répondre au besoin d’une certaine confidentialité. Particulièrement appréciée dans les open spaces, elle permet de cloisonner l’espace et au travailleur de récupérer lorsqu’il ressent les premiers signes de fatigue auditive.

Il existe plusieurs modèles sur le marché. La Phone Box (car inspirée par les anciennes cabines téléphoniques, du temps ou il n’y avait pas de téléphone portable) est un modèle individuel équipé de prises classiques et USB ainsi que d’un système d’éclairage. Les avis relèvent également le design élégant de la plupart des modèles.

La Meeting box est, comme son nom l’indique, vouée à accueillir de 2 à 5 personnes. En somme des réunions au calme et en toute confidentialité. Elle est notamment équipée d’un ventilateur d’air double (car elle est conçue, contrairement à la Phone Box, pour accueillir des gens plus longtemps), d’une table en option, d’un éclairage LED encastré et d’un bloc de prises.

Individuelle ou conçue pour accueillir des réunions de travail, la box acoustique est une véritable réponse à l’augmentation du bruit sur le lieu de travail. Surtout dans les espaces de travail ouvert, propices à une meilleure communication entre les employés mais surtout à une augmentation du stress pour ces derniers.