GE Current lance la lampe qui lutte contre la COVID 19

GE Current, l’entreprise de Boston, arrière-petite-fille de General Electric, vient d’annoncer le lancement d’une gamme de produits qui va certainement provoquer une vague médiatique. Des lampes qui éliminent la COVID 19, ainsi que tous les virus et germes. Comment cela est possible ? En utilisant la technologie UV-C pour ses lampes de plafond combinée avec des ampoules à bande UV-A.

En gros une lumière produisant des rayons ultra-violets qui éliminent toute maladie. Même si l’élimination des virus par cette technologie est reconnue par les plus grandes institutions depuis 1910, certains professionnels appellent à la vigilance. Notamment concernant d’autres effets. Décryptage.

Les lampes UV 365DisInFx, pour la désinfection

C’est en effet le nom donné à la nouvelle gamme de produits d’éclairage anti COVID lancée par GE Current. Plus précisément d’éclairage à semi-conducteurs (SSL) germicide. Tous les produits de la gamme sont composés de lampes de plafond à technologie UV-C et des luminaires à bande UV-A pouvant désactiver les agents pathogènes pendant des heures. Ce sont des éclairages désinfectants, ne produisant pas de lumière éclairante pour l’œil humain. Enfin, la gamme est nommée 365DisInFex car elle permet de « désinfecter en continu ».

Une technologie éprouvée mais qui reste controversée

Les « UV-C » sont les rayons ultraviolets dont la longueur d’onde est comprise entre 280 et 100 nanomètres. Ils sont censés être inoffensifs, à l’inverse des UV-A et UV-B, dont les émissions plus puissantes peuvent causer des cancers de la peau. Les UV-C produits artificiellement sont utilisés avec succès comme bactéricides et germicides depuis le début du XXème siècle, notamment dans les hôpitaux.

Le problème ? Selon LEDs magazine, il pourrait y en avoir plusieurs. La lutte contre les germes est maximisée avec une longueur d’onde 250–280 nm. Avec une puissance supérieure, cela devient dangereux pour la peau. Ce qui peut arriver en cas d’erreur de conception du produit. Et selon le magazine américain, il y « beaucoup trop de produits UV-C mal conçus et dangereux qui ont été précipités sur le marché ». Il est enfin noté que personne n’a pu pour l’instant avoir accès à la fiche technique du produit. Une technologie à manifestement manier avec précaution.

[ TO READ / A LIRE ] :   Cumulux, la solution lumineuse pour tous les espaces sombres

Ce qui n’est pas l’avis des professionnels du secteur

Les industriels du secteur, représentés par leur lobby, LightingEurope, ne l’entendent pas de cette oreille. Et comptent même unir leurs efforts pour développer la technologie UV-C auprès notamment des régulateurs. Pour qu’ils soient de plus en plus intégrés aux plans de rénovation d’éclairage. « Notre défi est de faire basculer la perception du régulateur des UV- C au-delà des applications spéciales vers des solutions grand public pour les bâtiments et les transports, où la concentration de l’activité humaine augmente le risque de contamination. Notre objectif est d’éduquer les autorités et le marché sur les directives et les normes de l’industrie déjà en place et de promouvoir l’adoption des solutions UV- C » déclare son président Lionel Brunet.

Même si certains soulignent les dangers d’une utilisation non contrôlée des UV ainsi que des défauts de fabrication de certains produits, tous les avis sont unanimes sur au moins un point. La technologie UV-C se révèle être la plus efficace du marché lorsqu’il s’agit de désinfecter des lieux publics. Mise en place par des professionnels ayant préalablement sélectionné des produits fiables. Dans ces conditions, préparons-nous à croiser des lampes désinfectantes à technologie UV-C tout au long de nos pérégrinations dans des lieux publics. C’est à ce prix que la COVID sera vaincue.