Le nouveau bureau du syndicat de l’éclairage

Le 25 juin dernier, le Syndicat de l’éclairage achevait son assemblée générale démarrée 9 jours plus tôt. Comme à l’accoutumée, elle dévoilait en clôture de l’évènement un nouveau bureau. En somme, ses dirigeants. Si des nouvelles têtes font leur apparition, Julien Arnal, le président actuel, est reconduit dans ses fonctions. Le Syndicat de l’éclairage est une association d’industrie. Les acteurs majeurs du secteur s’unissent pour créer un bureau représentant leurs intérêts auprès des pouvoirs publics. Un lobby, comme certains aiment à nommer ce genre d’organisation.

A peine réélu, Julien Arnal a dévoilé la feuille de route de son équipe pour les 12 mois à venir. Fédérer, relancer des thèmes en stand-by et améliorer encore la qualité du secteur, voilà les maitres mots de cet ingénieur en électronique et photonique, diplômé de l’ENSI Caen, qui occupe le poste de Directeur Général de la Manufacture des Lumières. Décryptage.

Un nouveau bureau qui n’oublie personne

Le bureau est composé d’un Président, 4 vice-présidents et 2 trésoriers. Tout l’écosystème du syndicat s’y trouve représenté. De Signify, avec son CEO Europe de l’ouest Jean-Luc L’avenir, à Legrand, représentée par Nathalie Coursière, qui occupera le poste de trésorière. Elle sera secondée par Emmanuel Gagnez, PDG de Sammode. « Faire partie du syndicat est un honneur. Je mesure celui que vous me faites en me portant à sa présidence » a immédiatement déclaré le Président reconduit dans ses fonctions. Il en a profité pour dévoiler la feuille de route de son équipe pour la prochaine année. Fédérer mais aussi relancer certains programmes et continuer à s’améliorer, voilà le programme.

Une feuille de route ambitieuse pour un secteur sous tension

 Le Syndicat va avoir un rôle majeur à jouer dans les prochains mois et il le sait. Avec notamment la rénovation des éclairages publics pour répondre aux engagements de respect de l’environnement fixés pour 2030 comme enjeu clef. Pour atteindre sa mission, l’équipe de Julien Arnal veut s’appuyer sur 3 piliers :

Fédérer : « Notre ambition fédère naturellement tous les courants de la lumière » déclare le Président reconduit. Pour lui, il faut que tous les acteurs de la filière s’unissent autour d’une ambition commune. Celle d’être plus respectueux de la biodiversité et plus en harmonie avec les besoins physiologiques humains. Tous les acteurs, du fabriquant à l’utilisateur final du produit.

Relancer : « Depuis que la modernisation des systèmes d’éclairage est apparue dans le premier plan France Relance en septembre 2020, comme une action à gain rapide avec un fort retour sur investissement, le sujet est resté sur le devant de la scène. » C’est le sujet majeur sur lequel le Bureau sera attendu. Les pouvoirs publics savent, que pour respecter les engagements de la France en matière de réduction des gaz à effet de serre, le « parc » de l’éclairage français devra avant cette date être amélioré en grande partie. Le Syndicat se donne comme mission de faire pression pour que le mouvement s’accélère.

Améliorer : Le Syndicat déclare aussi vouloir continuer à améliorer les produits du secteur. Notamment en terme d’efficacité énergétique. Pour cela, les professionnels de l’éclairage veulent continuer les chantiers entrepris sous l’ancien mandat. A savoir des labels récompensant les projets allant dans le bon sens, comme le RGE Etudes, et des guides pratiques publiés avec l’ADEME.  Le bureau a également apporté son soutien à l’initiative européenne #BetterLighting. Une action qui promeut un meilleur éclairage auprès de la Commission Européenne.

A peine installée, l’équipe de Julien Arnal sait déjà qu’elle est attendu au tournant sur de nombreux sujets. Dans les temps troubles que nous traversons, il est impératif de faire valoir son pont de vue.