Repose-poignet bonne ou mauvaise idée ? La réponse d’une spécialiste

Vous l’avez certainement constaté, 2020 a été une année phare pour le bien-être devant son ordinateur. Deux tendances expliquent ce phénomène. Premièrement, une prise de conscience généralisée des risques comme les troubles musculosquelettiques. Ensuite, la demande toujours plus grande des gamers de compétition, ces joueurs de jeux vidéo recherchant la performance et ainsi les accessoires qui vont avec. En témoignent les nombreux mariages entre des spécialistes des jeux vidéo et de l’ergonomie cette année.

Comme la chaise de gamer réalisée par l’entreprise américaine Hermann Miller. De nombreux nouveaux produits pullulent et il est parfois difficile pour le consommateur de s’y retrouver. Des produits comme le repose-poignet. Un accessoire de support (la plupart du temps moelleux) sur lequel l’utilisateur peut poser son poignet lorsqu’il utilise son ordinateur. Un support qui peut être intégré à un tapis de souris ou non. Un accessoire de plus me direz-vous. Mais quid de son efficacité ? Le magazine PCgamer a demandé son avis d’expert à Caitlin McGee.  Une physiothérapeute avec une formation en neurosciences et en sciences du sport. Quelle efficacité pour le repose-poignet ? Morceaux choisis.

« Utile oui, mais avec un astérisque »

Caitlin McGee est formelle : le repose-poignet présente de nombreux avantages. Premièrement, il permet de garder le poignet dans une position neutre et fournit un soutien à l’avant-bras. Ce qui signifie que les muscles qui le composent nécessitent moins de travail de stabilisation. Et moins de pression, c’est moins de troubles musculosquelettiques. Une posture sauvegardée et des avant-bras qui pèsent moins au bout de quelques heures.

Les mauvais côtés ? Paradoxalement, Caitlin McGee recommande de ne pas poser sur le repose-poignet son… poignet. L’intérieur de ce dernier n’a pas de protection osseuse ou musculaire sur le canal carpien. Ni autour du canal de Guyon, qui sont les voies par lesquelles les nerfs et les tendons pénètrent dans la main. La protection de ces tunnels est formée par une bande de tissu légère et très flexible, appelée rétinaculum. Toute pression sur cette zone est une pression sur les tendons et les nerfs. Si vous posez le poignet lui-même sur votre repose-poignet, vous exercez une pression de compression sur une zone qui ne peut pas vraiment la supporter.

[ TO READ / A LIRE ] :   7SENSES

Le médecin préconise en revanche d’y poser le « talon de la main ». Pour rappel, c’est la zone (généralement assez charnue) qui se trouve en bas de la paume. Elle dispose d’un thénar aux muscles épais et des os métacarpiens solides pour protéger les plus petits. Dans cette configuration, le bien-être apporté par le repose-poignet est incontestable.  

Le repose-poignet est-il indispensable à une bonne ergonomie ?

C’est en tout cas ce que clament les fabricants de toutes ces nouveautés ergonomiques. Leur produit est indispensable. Mais pour Cailtin McGee, la réponse est claire concernant le repose-poignet. Non, ce n’est pas un accessoire indispensable à une bonne ergonomie. Il faut le considérer comme une capacité de réglage supplémentaire concernant la posture. Le repose-poignet est une facilité de plus pour atteindre un bon niveau d’ergonomie, et non un élément central. D’une manière générale, le poignet, lorsqu’il est détendu, doit être légèrement allongé, avec un angle d’environ 10 à 15 degrés. Il est également recommandé d’étirer les muscles de l’avant-bras en poussant le poignet en extension de manière régulière. Une manière « naturelle » de protéger son poignet et ses avant-bras contre tout risque d’endommagement.

S’il n’y a jamais trop de précaution ergonomique, il faut être bien conscient des avantages et des inconvénients de chaque accessoire. Et quoi de mieux pour y voir plus clair que l’avis de professionnels. Maintenant, si vous faites l’acquisition d’un repose-poignet, vous savez à quoi vous attendre.

Source PCGAMER