Vue sur l’extérieur, même sans fenêtre

La chronobiologie (étude des rythmes biologiques dans l’organisme) nous permet de comprendre comment presque toutes les fonctions de l’organisme sont soumises au rythme circadien. C’est-à-dire à un cycle de 24 heures. Les troubles de ce rythme, peuvent avoir des conséquences aussi bien sur le sommeil que sur le métabolisme ou le système immunitaire.

Grâce à l’horloge circadienne, l’éveil est maximal du milieu de matinée jusqu’en fin d’après-midi. La mémoire se consolide pendant le sommeil nocturne. Ce rythme est endogène, il est généré par l’organisme lui-même. C’est une horloge interne, au cœur du cerveau, qui dicte le rythme à l’organisme. Toutes les espèces ont leur propre horloge. Chez l’humain, cette horloge se situe dans l’hypothalamus. Elle est composée de deux noyaux suprachiasmatiques (SCN) contenant chacun des milliers de neurones. Ces neurones ont une activité sur un cycle d’environ 24 heures. Ces noyaux régulent ensuite différentes fonctions de l’organisme comme le sommeil ou la température corporelle.

Cette horloge interne possède son propre rythme. Des personnes soumises à très peu voir pas de lumière pendant plusieurs jours, ont permis de montrer que le cycle imposé par l’horloge interne dure spontanément entre 23 h 30 et 24 h 30. Si elle contrôlait elle seule le rythme biologique, l’humain se décalerait donc tous les jours. Chacun finirait par dormir à un horaire différent de la journée ou de la nuit. Incompatible a une vie dans nos sociétés modernes. L’horloge doit donc être resynchronisée pour correspondre au cycle de 24 heures par des facteurs extérieurs.

La lumière, le plus puissant des agents

La lumière est captée au niveau de la rétine par un groupe de cellules particulièrement sensibles au bleu. C’est donc l’exposition à la lumière ou a l’obscurité qui permettent de synchroniser l’horloge biologique à la journée de 24 heures. L’effet de l’éclairage dépend de l’heure. Une exposition tardive (entre 17 h et 5 h) retarde l’horloge. Une exposition précoce (entre 5 h et 17 h) l’avance. L’effet dépend également de l’ intensité et du spectre (sa couleur) de la lumière. Il sera plus important si il est riche en longueurs d’ondes bleues.

[ TO READ / A LIRE ] :   Télétravail : Dyson se lance dans l’éclairage et commercialise une lampe « intelligente »

C’est à cette problématique qu’essaye de répondre Cumulux, une solution d’éclairage ergonomique pour tous les espaces sombres. La qualité des images Cumulux crée une sensation très réaliste d’ouverture vers l’extérieur. Cumulux est une société française, qui propose des solutions d’éclairage LED pour les espaces sans lumière du jour. Les plafonds lumineux avec des images de ciel et les fenêtres virtuelles avec de sublimes paysages valorisent les espaces sombres: bureaux, open-space, salles de réunion, sous-sol, salle de repos, couloirs, les applications sont sans limites! Les plafonds Cumulux sont simples à installer. Ils s’encastrent dans un faux plafond standard ou en BA13. Les fenêtres virtuelles, quant à elles, s’accrochent grâce à deux crochets, tel un tableau et se branchent sur une prise secteur.

Mais la clé du trompe l’oeil c’est le cadre blanc (standard pour les faux plafond existants) qui rehausse la dalle d’image. De telle sorte que l’œil trompe le cerveau de l’observateur. L’image est au dessus du plafond, l’illusion optique de verrière est totale.

source Inserm