L’éclairage de bureau, une affaire à prendre au sérieux

Parmi les risques inhérents au lieu de travail, ceux liés à l’éclairage sont certainement les plus méconnus. Pourtant ils peuvent s’avérer à terme très préjudiciables. C’est pourquoi l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) a émis une fiche pratique de sécurité. Dans le but de sensibiliser et de produire un document qui réunit toutes les informations de référence. La cible ? Tout le monde, mais surtout les chefs d’entreprise et responsables HSE (Hygiène Sécurité et Environnement) des entreprises. Parce que l’éclairage est une composante essentielle d’une bonne qualité de vie au travail (QVT).

Avant d’aborder le choix des lampes, l’INRS détaille les principes à respecter pour optimiser l’éclairage sur le lieu professionnel. La lumière est une source de bien-être et de régénération de nos organismes. Beaucoup d’études démontrent que la lumière naturelle est excellente pour nos organismes et stimule naturellement nos hormones (principalement le cortisol qui agit directement sur la vitalité et la mélatonine qui agit sur la faculté d’endormissement, et la qualité du sommeil) , ce qui permet d’être performant le jour et de bien dormir la nuit.

A contrario la lumière artificielle ne permet pas de stimuler ces hormones et dans les périodes où les jours sont courts et le taux d’ensoleillement faible, on constate fréquemment que nos collaborateurs sont plus fatigués (parfois dés le début de la journée, car la nuit n’a pas été reposante), parfois irritables, et souvent manquent de concentration. 

Assurer un éclairement suffisant

L’éclairement lumineux est la grandeur définie par la photométrie . Elle correspond à la sensation humaine sur la manière dont une surface est éclairée. Pour qu’un objet qui ne produit pas de lumière par lui-même soit visible, il faut qu’il reçoive de la lumière. Plus il en reçoit, plus il est clair, et visible distinctement. La photométrie définit rigoureusement la lumière reçue, afin de pouvoir calculer cette grandeur. Elle prend en en compte l’intensité lumineuse des sources de lumière, leur distance et leur direction. L’éclairement doit donc être suffisant. Au risque de créer une fatigue oculaire qui peut affecter les yeux de manière durable. Le niveau d’éclairement nécessaire varie en fonction de l’activité pratiquée.

Cependant, on peut distinguer deux types de tâches et les niveaux d’éclairement respectif. Les tâches ne nécessitant pas la perception de détails. L’éclairement recommandé est alors de 300 lux. Pour celles nécessitant au contraire leur perception, la puissance recommandée varie entre 500 et 100 lux. Rapellons qu’un piètre éclairage peut constituer un risque pour la sécurité. Une mauvaise estimation de la position, de la forme ou de la vitesse d’un objet pouvant provoquer des incidents. Un mauvais éclairage peut donc rapidement nuire à la qualité du travail et à la productivité générale. En particulier lorsque les tâches exigent de la précision

Éviter l’éblouissement

L’éblouissement est un problème d’éclairage commun. Il survient lorsqu’une source lumineuse trop brillante ou que la réflexion de la lumière projetée interfère avec la « vision » d’un objet. Dans la plupart des cas, les yeux s’adaptent au flux lumineux ayant la plus grande intensité. Une fois que l’œil s’en est accommodé, il distingue moins bien les détails dans les zones sombres du poste de travail. Et cela, même si elles sont en fait suffisamment éclairées ! L’éblouissement peut entraîner gêne et inconfort, et peut même sur le long terme, diminuer la capacité visuelle d’une personne.

[ TO READ / A LIRE ] :   R-GO TOOLS lance le R-Go Numpad Break, un clavier avec indicateur de pause integre

Eviter des contrastes trop importants dans le champ visuel

Un bon contraste est nécessaire entre ce qui est à percevoir et le fond. Cependant, entre différentes zones du champ visuel, des contrastes trop élevés diminuent l’efficacité de la vision. Détériorant ainsi le confort visuel. L’éclairement de la zone environnante doit être en rapport avec celui de la zone de travail. Il convient également de réaliser une distribution bien équilibrée des luminances sur le champ visuel.

Tenir compte des caractéristiques des opérateurs

Les besoins en éclairage diffèrent en fonction de l’âge. Il se doit d’être plus important si l’on a un âge avancé. Les besoins varient également en fonction de la tâche à accomplir. Devant cette complexité, il est nécessaire que les opérateurs disposent de toutes les options de réglage. Afin d’adapter le plus possible l’intensité des sources lumineuses.

Intégrer la maintenance de l’appareil dans les décisions d’achat

Prendre cette petite habitude permet de réaliser l’importance d’investir dans des lampes longue durée. La maintenance comprend le remplacement des lampes, la lutte contre l’empoussièrement ainsi que le nettoyage des réflecteurs et des grilles.

Les conseils pour bien choisir ses lampes

Dans le choix des lampes, on tiendra compte des principes ergonomiques et des dispositifs d’éclairage conseillés suivant le type de tâche. D’autres facteurs, comme la durée de vie ou la consommation électrique sont à prendre en compte. La prise en compte et l’optimisation de tous ces critères conduit généralement aux types de solution suivantes :

  • Pour l’éclairage général, les lampes fluorescentes, tubulaires ou compactes, les lampes à décharge (comme les iodures métalliques à brûleur céramique) sont à privilégier.
  • Pour un éclairage local au-dessus d’un poste de travail (qui vient en complément de l’éclairage général), les tubes fluorescents équipés de réflecteurs et de grilles de défilement, ainsi que les luminaires à LED équipés d’optiques adaptées permettent d’éviter l’éblouissement tout en respectant les critères évoqués plus haut.
  • Enfin, pour l’éclairage local posé sur le plan de travail, il convient d’opter pour des luminaires équipés de bras articulés. Qui peuvent être réglés horizontalement et verticalement.

Maintenant, grâce à l’INRS, vous ne pouvez plus vous tromper. Ce qui est d’autant plus important si vous êtes décisionnaire sur un de ces sujets. Les fiches pratiques de l’INRS sont justement là pour vous éclairer. Car un bon éclairage évite les problèmes de santé et accroit la productivité, on ne le répètera jamais assez.