Valdelia lance sa marketplace dédiée à la seconde vie des mobiliers professionnels

Valdelia, vous le savez peut-être, est un acteur français majeur de l’économie circulaire. Pour rappel, l’économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter. Une économie qui valorise le recyclage, la valorisation de tous les déchets.  Valdelia est un éco-organisme ayant reçu l’agrément du Ministère de la Transition écologique. Sa mission est de collecter et de recycler les déchets d’éléments d’ameublement.

Après avoir lancé une base de ressources en ligne et des matériauthèques un peu partout sur le territoire, elle a annoncé le 17 Novembre un nouveau projet par communiqué de presse. Il s’agit d’une marketplace (place de marché) dédiée à la seconde vie des mobiliers professionnels. Son nom est Nemo-pro. Elle se veut être « une plateforme digitale solidaire et collaborative pour soutenir les acteurs de l’économie circulaire ». A quoi va ressembler ce nouveau projet de cet éco-organisme français décidemment très actif ?

Les objectifs : connecter les acteurs de la filière

Nemo-Pro, opérationnel depuis le 17 Novembre, a pour but de permettre aux partenaires de la seconde vie des mobiliers de l’éco-organisme de vendre leurs produits en ligne. Des partenaires comme des Entreprises de l’économie sociale et solidaire ou des revendeurs de mobiliers d’occasion ou issus du réemploi. Grâce à Nemo-pro, ils peuvent désormais :

  • Créer une boutique en ligne
  • Montrer leur savoir-faire aux professionnels de l’ameublement
  • Essayer de trouver des nouveaux marchés

Le but ? Que les distributeurs professionnels de mobilier et aménageurs d’espace, adhérents de Valdelia, puissent se mettre en relation avec les structures créées. Car il y a une demande croissante de mobilier professionnel éco-responsable. « Valdelia souhaite permettre la mise en relation entre les acteurs de la filière pour développer la seconde vie du mobilier. Cette marketplace sera le lien manquant pour leur permettre de répondre à la demande croissante de produits de seconde vie de qualité. » déclare Arnaud Humbert-Droz, président exécutif de l’éco-organisme. Le pari de Valdelia est simple. L’éco-organisme veut généraliser le recours au mobilier de seconde vie auprès des professionnels. Créer un écosystème en proposant des grossistes aux revendeurs confrontés à une hausse de la demande en la matière. Le mobilier de seconde vie peut être utilisé partout : espace de travail classique, accueil de tous types de clients…

[ TO READ / A LIRE ] :   Duvaltex et Steelcase utilisent du textile de déchets marins recyclés

Comment fonctionne la marketplace ?

3 types d’acteurs sont ciblés et incités par Valdelia à monter une boutique en ligne. Ou, comme les appelle Valdelia, les organismes vendeurs. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire, les vendeurs de mobilier d’occasion et les upcycleurs. Pour rappel, les upcycleurs travaillent un produit recyclé pour en obtenir un produit de qualité ou d’utilité supérieure. Ce qui implique un effort d’imagination sensiblement plus important que dans le recyclage classique. Ces acteurs doivent créer leur boutique en ligne. Et ensuite renseigner au mieux les descriptions, prix et photos des articles.

Pour qu’il y ait des entreprises vendeuses qui prospèrent sur un marché (même virtuel), il faut des organismes acheteurs. Là encore, 3 types différents sont ciblés. Les aménageurs d’espace ainsi que les fabricants et distributeurs de mobilier professionnel. Ils se connectent ainsi sur le portail afin de trouver leur bonheur parmi toutes les boutiques en ligne. Il leur suffira alors simplement de passer commande. Puis de se mettre d’accord avec le partenaire sur les modalités de transport et de logistique des produits ou matériaux. A l’heure où nous écrivons ces lignes, il y a 5 catégories de produit disponibles sur le portail. Les sièges, bureaux et tables, meubles de rangement, décoratif ou tout ce qui concerne la literie.

Encore une initiative forte de Valdelia en faveur de l’économie circulaire.