De l’entrepôt au centre de Recherche et Développement : l’exemple de CCC Shoes and Bag

Des racines et des ailes. C’est comme cela qu’aurait pu se nommer l’initiative qu’a prise l’entreprise de chaussures et sacs polonaise CCC Shoes and Bags. Créée en 1999, elle avait alors fait l’acquisition d’un vieil entrepôt de 5500 mètres carrés situé dans la ville de Polkowice. Un grand espace qui sentait (bon ?) l’usine communiste. Plus de 20 ans plus tard, l’entreprise ne voit plus l’intérêt de conserver l’entrepôt. Mais, considérant que ce lieu fait partie intégrante de l’histoire de l’entreprise, elle a décidé de ne pas s’en séparer.

Elle a, au contraire, demandé au cabinet d’architectes Łącki Krzywosza ń ski Architects de transformer l’entrepôt en espace de travail ultramoderne. Voué à accueillir le Centre de Recherche & Développement de l’entreprise.

Un centre promis à devenir un véritable pont entre le passé et le présent à travers le goût des grands espaces qu’ont les 2 époques. Coup de projecteur sur ce véritable bijou d’ergonomie et de bien-être au travail qui cultive aussi le charme du passé.

Des espaces de travail ultramodernes mais chargés d’histoire

Les architectes ont donc transformé l’ancien entrepôt d’usine de production de 5 500 mètres carrés en un environnement de travail moderne.

Afin de créer un espace polyvalent, il fallait premièrement le moderniser en termes d’ingénierie structurelle et d’acoustique. Une galerie a également été ajoutée sur un des côtés.

L’ancien entrepôt et ses hauts plafonds rendent possible ce bâtiment avec ses nouvelles pièces et niveaux en retrait. Des éléments qui bénéficient tous de cet espace si particulier.

Le plafond apparent révèle audacieusement l’infrastructure technique du bâtiment, avec les supports nécessaires en termes d’ingénierie structurelle.

Des supports qui divisent la pièce décloisonnée en différents espaces de travail. De grandes vitres sur la façade laissent massivement entrer la lumière naturelle à l’intérieur.

L’impression générale est celle d’une transition fluide entre les différentes pièces. Les espaces de travail polyvalents fusionnant les uns avec les autres.

Les Allemands de Wilkhahn pour le mobilier ergonomique

Après avoir agencé l’espace avec brio, il fallait le garnir de mobilier de bureau, ergonomique tant qu’à faire. Pour cela, les architectes polonais ont placé leur confiance dans un seul fabricant : l’allemand Wilkhahn.

Une entreprise qui, en 60 ans d’activité, aura produit des icones du design et de l’ergonomie comme le siège Ligne FS en 1980.  Les architectes ont premièrement choisi la chaise de bureau mobile ON. Avec son mécanisme de réglage synchrone en trois dimensions.

Le Stitz dynamique à une jambe, véritable tabouret ergonomique et design, est quant à lui utilisé pour la salle de conférence. Il incite les utilisateurs à alterner debout et assis, stimule leur métabolisme et améliore leur sens de l’équilibre.

Il permet de muscler le dos, grand pourvoyeur de troubles musculo-squelettiques, surtout dans les métiers travaillant avec un ordinateur.

Le tabouret Stitz est également polyvalent, ce qui est très important au centre de recherche et développement de la CCC. Et le mobilier répond également aux exigences strictes de flexibilité dans la grande salle de réunion et de conférence, l’un des pôles de communication du centre.

La combinaison des tables de conférence mobiles Timetable et des chaises empilables à piétement Aline (toutes deux conçues par Andreas Störiko) permet aux utilisateurs de configurer divers paramètres en fonction des besoins et de les remettre en place.

Le goût des grands espaces, voilà ce qui unit un entrepôt d’usine élevé sous le communisme et un Centre de Recherche et de Développement ultra moderne. La transformation est spectaculaire, mais ne représente pas pour autant une première. Des villes comme Berlin ou Mexico, avec l’Estudio Atemporal voient déjà ce phénomène se multiplier depuis quelques années. L’économie circulaire, ça fonctionne aussi avec les bâtiments !